Salut moi c’est Marie-Noëlle, je suis salariée à mi-temps à la Coop’Cot et un de mes rôles consiste à souffler sur la flamme de l’approvisionneur qui est en chacun de nous 😉

Pour que la Coop’Cot fonctionne, il faut que vous veniez y faire vos courses et pour que vous veniez y faire vos courses, il faut que vous trouviez votre bonheur sur les étalages et pas à n’importe quel prix… On a encore du pain sur la planche et même une planche à trouver… autrement dit en termes d’approvisionnement, on est loin d’avoir fini !

J’me suis dis qu’il fallait que je vous raconte les coulisses pour bien comprendre l’état d’esprit, l’avancement et vous donner envie de mettre la main à la pâte, le pied à l’étrier, mettre votre grain de sel…

Actuellement, les M’audes (Aude et Maud) planchent sur la composition d’une gamme bio « industrielle », autrement dit les produits bio que l’on peut trouver en supermarché traditionnel, pour proposer une gamme plus accessible. Comment font-elles ? Elles ont un listing épais et imbuvable du fournisseur DIAPAR qu’elles épluchent produit par produit quand elles viennent à la Coop, et vous savez quoi ? Souvent je les entends se marrer entre les yaourts et les conserves de petits pois Belle France… incompréhensible !

Sylvie, quant à elle, fait le tour des producteurs locaux, bio, artisanaux… Elle revient prochainement d’Aveyron chargée d’une cinquantaine de saucissons. Les 200 fromages de chèvres, c’était elle aussi et qu’est-ce que c’était bon ! Les betteraves de Vitry ? Les laitages de La fromentellerie ? elle aussi !  

Bilitis et Aude, c’est les chips Belsia, les jus de pommes et Cidres de ce bougon de Père Denis (Attention bougon, mais bio de conviction !) le papier toilette Popee de Normandie… Minh Lan, les cosmétiques, Claire les déodorants ENDRO de Bretagne, Guillaume et Nathan les bières, etc.

Comment font-ils tous ? Je vous ai concocté une petite notice à suivre. Vous pouvez aussi nous demander directement, Les Maudes & cie sauront vous répondre et vous guider, c’est sûr !

Il y a aussi la fine équipe qui monte le plan Rungis… L’idée c’est d’aller directement choisir nos produits sur Rungis avec un camion réfrigéré. On a découvert que les prix sont moins chers sur place, on pourra choisir nos produits chez différents fournisseurs. Plus de problème de Franco (rien à voir avec le général espagnol… c’est le montant à atteindre pour avoir la livraison comprise). On pourra prendre les poivrons chez l’un parce qu’ils sont plus beaux et moins chers, les tomates chez l’autre… Bon ça, c’est la théorie… On passe à la pratique fin Août… un test ! Un adhérent nous prête un camion réfrigéré, Pascale a fait les démarches pour avoir une carte d’acheteur pour la Coop’Cot …

Il parait que le carré des producteurs réouvre ses portes en septembre, alors on pourra aussi passer plus en direct…

Résultats en rayon à partir du 28 Août… vous nous direz ce que vous en pensez !

De mon côté, je m’occupe du réapprovisionnement chez les grossistes : Ecodis, Léa Nature, Bryio…. Pour pouvoir réapprovisionner, il faut que j’attende d’avoir suffisamment de produits à commander pour atteindre le minimum pour la livraison ou un pourcentage de réduction… d’où le fait que le réapprovisionnement de galettes bretonnes trop bonnes de chez AZADE tarde à venir…

En conclusion plus nous serons nombreux à consommer souvent plus le réapprovisionnement sera régulier 😉

Voilà pour les coulisses, place au spectacle !

Marie-Noëlle